Quels sont les 10 plats incontournables de la cuisine tchèque ?

Si pour vous voyage va de pair avec découvertes culinaires, lisez cet article ! Vous allez en effet apprendre quels sont les plats tchèques les plus appréciés dans un pays où la gastronomie, souvent qualifiée au mieux de roborative, au pire de trop lourde et trop grasse, a pourtant beaucoup à offrir.

Non seulement je me suis fait à la cuisine tchèque mais en plus j’ai fini par l’aimer.

Il suffit de se montrer curieux et de sortir des sentiers battus. Pour ce faire, je vous renvoie à mon article sur la gastronomie tchèque et à celui sur les meilleurs restaurants traditionnels à Prague. Place maintenant aux plats préférés en République tchèque avec, à chaque fois, mon avis sur la question.

Le site internet Tasteatlas -qui avait déjà mis en avant le Café Imperial comme meilleur restaurant traditionnel du monde il y a peu- a publié son classement 2022 des cuisines traditionnelles du monde. Qu’y apprend-on exactement ? Tout d’abord, que la République tchèque n’est pas particulièrement réputée pour sa cuisine. Sa nourriture arrive en effet au 22ème rang sur 50 pays classés (l’Italie est n°1). Un classement qui reste honorable et une cuisine déjà bien meilleure d’après moi que celles d’Angleterre, de Hollande ou de Suède… Une gastronomie également très carnée (d’où pléthore de bons restaurants végétariens ou vegans à Prague pour équilibrer tout ça). Le célèbre chef Anthony Bourdain ayant même un jour décrit la République tchèque comme « la terre que les légumes ont oubliée ».

Tasteatlas a répertorié les 115 plats, desserts ou boissons les plus appréciés en République tchèque. Je vous livre ici une petite liste de 10 mets parmis les plus appréciés en Tchéquie.

Ce sont ces 10 plats, desserts ou boissons -apparaissant avec leur place dans le classement de Tasteatlas- que vous avez le plus de chance de rencontrer lors de votre séjour praguois. Ce sont ceux que vous devez absolument goûter !

N°1 Le canard rôti

Le canard rôti (pečená kachna) est le plat tchèque le plus apprécié et je partage totalement cet avis ! Moi qui viens du Sud-Ouest, j’apprécié le canard et également la façon dont les Tchèques le cuisinent. Recouvert de grains de cumin des prés et de marjolaine, le canard est lentement rôti au four jusqu’à ce que la peau devienne croustillante avant d’être servi avec des quenelles de pommes de terre et du chou rouge. Il est au menu des petits restaurants traditionnels comme U Kroka même si pour Tasteatlas c’est celui du plus chic V Zátiší qui est le meilleur. Autres bonnes adresses : Café Imperial ou U modré kachničky II. On le prépare également le week-end à la maison ou pour un évènement exceptionnel. Délicieux !

N°2 Les petits gâteaux de Noël

Les petits gâteaux de Noël (vánoční cukroví), vous ne les retrouverez bien sûr qu’à Noël et encore… Il n’est vraiment pas de coutume de les acheter dans le commerce (il y en aura probablement sur les fameux marchés de Noël) ! On les fait à la maison et c’est bien meilleur comme ça. La plupart des familles tchèques commencent à préparer leur assortiment traditionnel début décembre et les recettes sont généralement transmises de génération en génération. Une compétition informelle met les voisines et ami au défi de celle qui en confectionnera le plus de différents : petits croissants, biscuits au pain d’épice, boules remplies de liqueur… Les ingrédients les plus courants sont noix moulues ou entières, chocolat, pâte d’amandes, vanille, noix de coco o rhum.

N°3 Les galettes de pommes de terre

Les galettes de pommes de terre (bramboráky), j’adore ! J’aimerais bien que des stands en proposent dans la rue quand ces galettes se limitent le plus souvent à un accompagnement sur les menus. La version tchèque est un peu différente de son plus célèbre cousin juif polonais, le latke. La pomme de terre rapée est mélangée à des oeufs, de l’ail et un mélange d’épices dont marjolaine et poivre. Les galettes rondes sont frites, fines elles seront bien croustillantes, plus épaisses elles le seront beaucoup moins et plus gourmandes. Il faut les servir bien chaudes et idéalement fraîchement faites.

N°4 La bière tchèque

Difficile de passer à côté ! České pivo (« bière tchèque ») est une indication géographique protégée (IGP) utilisée par quatorze brasseries du pays pour plus de 80 marques de bière, soit environ 65 % du marché national. Les premiers enregistrements de brassage de bière d’excellente qualité dans le pays sont liés au monastère de Břevnov, où les moines ont produit de la bière à partir de 993. Les bières tchèques se distinguent par la qualité des matières premières utilisées, les méthodes traditionnelles de brassage et le savoir-faire local transmis de génération en génération. La bière tchèque est partout mais vous pouvez vous arrêter à Klášterní pivovar Strahov, la bière est brassée sur place.

N°5 Le valašský frgál

Le valašský frgál est un gâteau traditionnel fabriqué en Moravie et plus particulièrement dans la région de Zlín. D’un diamètre d’environ 30 centimètres, il est recouvert d’une sorte de crumble saupoudré de sucre, de cannelle et de chapelure de pain d’épice. Il est aussi garni de myrtilles, de groseilles ou de graines de pavot. Une recette qui date de 1826 !

N°6 La bière Pilsner

La fameuse pils ! Pilsner est un style de bière originaire de Pilsen (ou Plzeň en tchèque), une ville à l’ouest de la Bohême. Elle a été brassée pour la première fois en 1842 lorsque les citoyens de Pilsen, mécontents de la qualité de la bière, ont fait venir un maître brasseur bavarois. Bien que l’idée initiale était de créer une bière blonde de style bavarois, l’utilisation d’ingrédients tchèques (orge maltée de Moravie et houblon Saaz) a influencé l’émergence d’un nouveau style rapidement imité à travers le monde.

N°8 La svíčková

C’est le plat emblématique de la cuisine tchèque, le plat que tout le monde ou presque réclame à la babička (grand-mère) ou pour son anniversaire. C’est aussi un vrai plat tchèque quand beaucoup d’autres sont en fait des reminiscences de l’Empire austro-hongrois comme l’escalope viennoise ou le goulasch hongrois. Ce délicieux plat de bœuf braisé et mariné (généralement un filet mignon) est servi dans une sauce crémeuse aux légumes à base de carottes, de céleri-rave et de racine de persil. La recette de ce plat traditionnel est apparue pour la première fois en 1805. Elle a été influencée par la cuisine bavaroise et les techniques de cuisson traditionnelles françaises. La svíčková est traditionnellement servi avec les célèbres quenelles de farine bien moelleuses, une confiture aux airelles, une cuillerée de crème fouettée voire une tranche de citron. Vous mangerez une bonne svíčková dans plusieurs bons restaus recommandés sur le blog comme Café Imperial, U Kroka, Lokál Dlouhááá, Café Louvre, Strahov Monastery Brewery ou Kuchyň.

N°10 Le goulasch

Le goulasch, c’est un peu le boeuf bourguignon français et un copieux ragoût de viande servi avec une sauce au paprika. Au fil du temps, ce plat d’origine hongroise est devenu l’un des plats les plus courants en République tchèque mais aussi en Slovaquie. Il s’agit généralement de viande de bœuf, de porc ou de gibier, dorée et mijotée avec des oignons. Le goulash est un plat extrêmement courant et traditionnellement accompagné de quenelles de farine. Vous ne pouvez pas quitter Prague sans en avoir mangé un ! Vous trouverez un bon goulasch à Ferdinanda, Strahov Monastery Brewery, Bredovský Dvůr, Kolkovna, U Kroka, U Fleků, Café Louvre

N°11 Le Koláče

Je ne suis pas un grand fan de ce petit gâteau rond très prisé des enfants tchèques et que l’on trouve dans toutes les boulangeries. Garni de confiture de prune ou d’abricot, de fromage blanc ou de graines de pavot. Son nom vient du mot tchèque kola, qui signifie roue La pâtisserie est née dans les années 1700 en République tchèque et en raison de l’immigration de nombreux Tchèques au Texas au début des années 1900, il existe aujourd’hui de nombreux festivals de tartes tchèques sur le sol américain. À Prague, vous en trouverez de très bons à EMA Espresso Bar ou dans les boulangeries de la chaîne Pekárna Kabát (vestibule du Métro A à Můstek, Francouzská 25, Táboritská 24 ou Ulice Milady Horákové 13… Toutes les adresses ici).

N°12 Le fromage frit

Aaaah le fameux smažený sýr ou smažák pour les intimes ! Difficile d’y résister et régulièrement il faut que je cède à l’irrépressible tentation d’en manger un ! Le plat se compose d’un bloc de fromage (généralement de l’édam bien que le « camembert » soit bien meilleur !) enrobé d’œuf, de chapelure et de farine, puis doucement frit jusqu’à ce qu’il soit croustillant. Une bombe calorique d’autant qu’il est accompagné des frites et de sauce tartare, rien que ça ! Il est plus ou moins bon selon les adresses. Je vous conseille les restaurants U Pinkasů, Stará Praha ou Hostinec u Rotundy.

Outre ce top ten, voici d’autres plats préférés du classement établi par Tasteatlas que vous trouverez relativement facilement à Prague :

N°13 La soupe à l’ail (česnečka). Délicieuse à U Kroka.

N°15 Le pain d’épices de Pardubice (pardubický perník). La star des célèbres marchés de Noël (mais aussi de Pâques).

N°16 L’escalope panée (řízek). Le schnitzel autrichien, à la différence qu’en République tchèque, il n’est pas seulement de veau mais aussi de porc, poulet ou dinde. Partout au menu et l’en-cas typique des longs voyages en train ou en bus.

N°17 Le trdelník. La pâtisserie incontournable à Prague est cuite à la broche et d’origine hongroise. Impossible d’y échapper et à retrouver à la fin de cet article !

N°19 Le lívance. Le pancake tchèque. Les meilleurs de la ville se dégustent à Den Noc à deux pas de la place de la Vieille-Ville.

N°17 La soupe de pommes de terre (bramboračka). Les Tchèques mangent de soupes à tous les repas !La soupe de pommes de terre contient aussi des champignons séchés. La meilleure de Prague est servie à l’excellent Mincovna.

N°23 La glace Miša. La même recette depuis 1962 pour cet esquimau qu’on trouve dans toutes les épiceries et supermarchés : une glace au fromage blanc enrobée de chocolat noir. Délicieux et la moins chère des glaces !

N°25 La soupe aux choux (zelňačka). Un classique des menus traditionnels avec chou aigre, pommes de terre, crème et viande fumée.

N°25 Les gaufrettes-triangles de Karlovy Vary (Karlovarské trojhránky). Celles-ci sont en forme de triangles. En fait c’est un disque de 19 cm de diamètres coupé en 8. L’eau de source sert à la fabrication de cette friandise que tout le monde achète comme souvenir de la ville thermale de Karlovy Vary. Mais on la trouve aussi à Prague !

N°27 Le clafoutis (bublanina). Un gâteau tchèque qui me plaît bien avec cerises, fraises ou myrtilles. Celui de la chaîne de boulangeries Antonínovo pekařství est très bon (Laubova 4, Štefánikova 39, Strossmayerovo náměstí 11…)

N°28 Le chlebíček. C’est une tartine qu’on peut manger sur le pouce ou pour les grandes occasions. Une tranche de pain recouverte de salade de pommes de terre, jambon, oeuf dur ou fromage. Inventé par Jan Paukert au début du 20ème siècle ! Vous les retrouverez à Zlatý Kříž, Sisters, Ovocný Světozor ou Prima Chlebíček.

N°31 La soupe à l’oignon (cibulačka). La version tchèque est à base d’oignons caramélisés cuits avec un bouillon à base de viande ou de légumes. Généralement servi avec des tranches de pain croustillantes et une couche de fromage râpé sur le dessus. Excellente à Café Imperial !

N°34 Le houska. Le petit pain rond typique saupoudré de sel ou de pavot et qu’on tartine d’absolument tout.

N°35 Le makový závin. Un gâteau au pavot propre à toute l’Europe centrale. On le retrouve dans les supermarchés mais aussi les boulangeries comme avec les chaînes Pekárna Kabát (voir N°11) ou Antonínovo pekařství (voir N°27).

N°36 La brioche de Noël (vánočka). Une brioche tressée confectionnée à Noël, parsemée de raisins secs et recouverte d’amandes effilées. Vous la trouverez au supermarché.

N°37 Vepřo knedlo zelo. Littéralement Porc quenelle chou. Plat roboratif par excellence mais délicieux : le porc est rôti au four avec des oignons hachés, et les jus de cuisson du rôti sont réduits en une sauce qui est servie avec le plat. J’aime beaucoup ! Honnête à Lokál Dlouhááá.

N°38 La Kulajda. Il y a les pour et les contre. Sûrement à cause de l’aneth qui accompagne dans cette soupe farine, champignons, pommes de terre, crème et oeufs pochés. Bonnes versions à Café Imperial, U Kroka ou V Zátiší.

N°39 Les gratons de porc (škvarky). On les fait à la fin de l’automne et en hiver quand on tue le cochon. On les mange avec du pain, des oignons crus et une bonne bière !

N°46 La quenelle (knedlík). Indispensable à tous les plats de viande notamment en sauce de la cuisine tchèque, les quenelles, à base de pain ou de pommes de terre, sont bouillies puis coupées en tranches. Si j’ai une aversion pour les premières, j’aime bien les secondes.

N°49 La soupe de lentilles (čočková polévka). Préparée le jour du Nouvel An car on pense que les lentilles apporteront la prospérité à la famille, elle est aussi très souvent au menu des restaurants traditionnels tchèques.

N°54 Les gaufrettes de Mariánské Lázně (Mariánskolázeňské oplatky). D’un grand diamètre, à la noisette ou au chocolat, on les confectionne depuis 1856 dans la ville thermale.

N°56 Le Párek v rohlíku. Le hot-dog local. On le retrouve à de petits kiosques, aux stations service, à la piscine, au stade…

N°60 Les gaufrettes de Karlovy Vary bis (Karlovarské oplatky). Fabriquées depuis le milieu du 18ème siècle pour les curistes, les gaufrettes arborent en leur milieu une fontaine à eau ou un chamois, symbole de la ville thermale. En tous points comparables à celles de Mariánské Lázně (N°54).

N°62 La Becherovka. Une liqueur à base de 20 herbes et épices. Très sirupeux, il faut aimer ! La recette reste secrète depuis 1807 et on boit la Becherovka pure ou en cocktail (le fameux Beton). Souvenir classique.

N°69 La brioche de Pâques (Mazanec). Traditionnellement préparée le samedi de Pâques, cette brioche est, elle aussi, parsemée de raisins secs et recouvertes d’amandes effilées.

N°72 Le fromage Niva. Le fromage bleu du pays. Aau lait de vache, bon marché, dans tous les supermarchés mais moins bon que le roquefort !

N°74 Utopenci. Je déteste ça ! Ces petites saucisses flasques sont marinées dans du vinaigre avec laurier, oignons, poivre, etc. On retrouve ces « noyés » dans énormément de bars et pubs dont Strahov Monastery Brewery, U Vejvodů, U Černého Vola ou Vinárna U Sudu.

N°75 La soupe de tripes (dršťková). Soupe traditionnelle composée de tripes de bœuf braisées, d’oignons et de paprika doux.

N°76 Le gâteau de Pâques (Velikonoční beránek). Le dessert du dimanche de Pâques. Un joli gâteau en forme d’agneau que vous retrouverez également au supermarché.

N°77 Gulášovka. Très bon ! Le goulasch version soupe.

N°88 Tuzemák. Le rhum du pauvre. À base de pommes de terre ou de betterave, il a été inventé au 19ème siècle pour remplacer celui de Jamaïque. Mieux vaut l’utiliser pour la pâtisseie et la confection des petits gateaux de Noël (N°2).

N°94 La soupe de poisson. Ou plutôt la soupe de carpe ! Elle est au menu du Réveillon de Noël. On la prépare à partir de morceaux non nobles (tête, arêtes et entrailles) car les filets sont frits pour leur part et on ajoute légumes-racines, oeufs du poisson et épices.

N°101 Le cumin tchèque. Appelé aussi carvi, il est très présent dans la cuisine tchèque.

N°103 Le pavot. Très présent en pâtisseie, il est encore parfois saupoudré sur les spaghettis !

N°110 La carpe de Třeboň. L’ingrédient indispensable à la réalisation de la fameuse soupe mentionnée plus haut (N°94). mais aussi le plat principal à Noël. Les jours précédents, on l’achète vivante ou débitée en filets devant vous partout dans Prague !

4 Comments

  1. Bonjour,
    Nous projetons un voyage de 4 jours à Prague en septembre et votre site nous permet de concocter un programme formidable : merci beaucoup !
    Patricia

    1. Bonjour Patricia, merci c’est gentil ! N’hésitez pas à me solliciter si vous avez besoin d’un guide. Bons préparatifs,

      1. Bonsoir Mathieu,
        nous découvrons votre blog une fois sur place. c’est un trésor de bonnes adresses et suggestions 😉
        une visite serait elle possible, mardi 30 ou mercredi 31 (matin) ?
        merci d’avance de votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *