L’Enfant Jésus de Prague : un trésor bien gardé

L’Enfant Jésus de Prague est un personnage hautement symbolique de la « ville d’or ». Tellement symbolique qu’il orne des tee-shirts souvenirs, à l’instar de Franz Kafka ou du Golem (le petit Jésus est plus mignon convenez-en !) Cet Enfant Jésus vieux de 400 ans, objet de pèlerinage, se trouve dans l’Église baroque Notre-Dame-de-la-Victoire (1612) au coeur de Malá Strana. Vous passerez forcément devant cette église au cours de votre séjour, que ce soit sur la route du Château ou en vous rendant au mur John Lennon. N’hésitez donc pas y entrer pour admirer et saluer la sainte statue de cire haute de 47 cm et qui représente le petit Jésus à l’âge de 4-5 ans. Il lève la main droite en signe de bénédiction et tient de la main gauche un globe terrestre.

Qui est l’Enfant Jésus de Prague ?

En 1628, les Carmes déchaussés disposent alors de l’Église Notre-Dame-de-la-Victoire (premier édifice baroque de Prague, baptisé ainsi en référence à la bataille de la Montagne Blanche de 1620 remportée par les catholiques contre les protestants). Ils reçoivent alors la jolie statuette de l’Enfant Jésus de la part d’une aristocrate, Polyxène de Lobkowicz. Polyxène de Lobkowicz l’avait elle-même obtenue en dot de sa mère qui, issue de la noblesse espagnole, l’avait rapportée d’Espagne où la statuette avait été créée dans la seconde moitié du 16ème siècle. Pour la petite histoire, Polyxène fréquentait l’église de Malá Strana où elle priait la Vierge Marie pour avoir un enfant. Son voeu une fois exaucé et ayant eu un fils (et non une fille pour hériter du joli objet), elle a décidé d’offrir la statuette aux pères carmes.

L’Enfant Jésus est un véritable objet de culte aux quatre coins de la planète et occasionne de nombreux pèlerinages à Prague

L’Enfant Jésus est alors progressivement devenu un véritable objet de culte. D’abord en Bohême puis au sein du Saint-Empire puis en Espagne, en Italie, en Amérique latine, aux Philippines… Les missionnaires et colonisateurs, grâce à photos ou copies, ont en effet assuré son rayonnement aux quatre coins du monde au tournant du 20ème siècle. Aujourd’hui, les pèlerins se bousculent. Le premier réflexe d’une amie colombienne visitant Prague a d’ailleurs été de venir se recueillir devant la petite statuette couronnée…

Où se trouve l’Enfant Jésus de Prague ?

Vous trouverez donc la statuette de l’Enfant Jésus dans l’Église Notre-Dame-de-la-Victoire à droite en entrant. Le Přažské Jezulátko comme on l’appelle en tchèque a pourtant subi bien des vicissitudes au cours de l’Histoire. Il est d’abord perdu en 1631 (trois ans seulement après son arrivée) lors du pillage de l’église pendant la guerre de Trente Ans. Il est ensuite retrouvé derrière l’autel sans ses petites mains (restaurées depuis). Il est ensuite volé à l’époque communiste pour, pense-t-on, être vendu à l’étranger. Il sera fort heureusement retrouvé là encore quelques jours plus tard à quelques centaines de mètres à Petřín.

Plusieurs fois perdu, l’Enfant Jésus est un petit miraculé !

Un petit miraculé donc que cet Enfant Jésus ! Si vous êtes à Prague le premier dimanche de mai, vous pouvez aussi voir l’Enfant Jésus lors de la célébration de son couronnement (le premier a eu lieu en 1655 par l’archevêque de Prague). Il est alors exposé dans le presbytère les samedi et dimanche et le samedi soir a lieu une petite procession avec une copie (la première a eu lieu en 1651) avant la messe du dimanche 10 heures.

Un Enfant Jésus aux jolis habits

Pour le remercier de ses miracles et bienfaits (il aurait sauvé Prague de la peste ou des Suédois qui en faisaient le siège en 1639), beaucoup lui ont cousu, comme dons de gratitude (actions de grâce), de jolis habits parfois ornés de pierres précieuses. Une centaines de robes au total dont 46 sont toujours utilisées et que l’on peut admirer dans le petit musée de l’église (la boutique de souvenirs a aussi un succès fou). Parmi les couturières, on retrouve l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche (la mère de notre Marie-Antoinette) qui lui broda une robe verte somptueuse alors que la vénération de l’Enfant Jésus commençait à s’étendre dans tout le Saint-Empire.

Des habits de toutes les couleurs en fonction du calendrier liturgique

Ses habits sont de différentes couleurs en fonction de la saison liturgique et changent une dizaine de fois en cours d’année : blanc (gloire, pureté, sainteté) à Noël ou à Pâques, rouge (sang, feu) pour la Semaine sainte ou la Pentecôte, violet (pénitence) pour Carême ou l’Avent, le vert (vie, espoir) pour les jours ordinaires… Ce sont les soeurs carmélites qui sont en charge d’habiller l’Enfant Jésus. Outre ces habits, l’Enfant Jésus arbore aussi une couronne et le Pape Benoît XVI lui en apporté une nouvelle lors de sa visite en 2009.

Entrée et musée (derrière l’autel, au 1er étage) gratuits. Dans la crypte sous l’église se trouvent aussi des momies (non accessible au public).

Pour plus d’infos sur l’Enfant Jésus, consultez sa page officielle (en anglais).

Et n’oubliez pas que, comme je le mentionnais dans mon article sur les arrondissements de Prague, le quartier de Malá Strana est sûrement le plus sympa pour poser ses valises ! Pour trouver un hôtel à Malá Strana, regardez ici.

Église Notre-Dame-de-la-Victoire – Enfant Jésus de Prague (Kostel Panny Marie Vítězné – Pražské Jezulátko)

Karmelitská 9

1 Comment

  1. bonjour très joli documentaire , j’y suis allée 2 fois de plus c’est mon pays de naissance enfin avant car je crois que maintenant ça fait parti de la slovaquie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *