Visiter Prague en novembre 2023 : Les 3 fêtes à ne pas rater !

Si vous visitez Prague au mois de novembre, vous pourrez découvrir et participer à trois belles fêtes très importantes pour les Tchèques : la Toussaint (1er et 2 novembre), la Saint-Martin et surtout la célébration de la révolution de Velours (17 novembre), cette dernière a mis fin au régime communiste en Tchécoslovaquie. C’était entre le 16 novembre et le 29 décembre 1989.


Grâce à mon expérience local de ces fêtes sur plus de 10 ans, vous saurez précisément où aller et comment en profiter


Partir à Prague en novembre est une excellente idée. Vous pourrez notamment apprécier les couleurs automnales de cette capitale très verte. Le blog vous aidera à trouver tous les bons endroits pour votre séjour. Pour vous loger, attention toutefois aux 7 quartiers à éviter !

Les commémorations de la révolution de Velours

La révolution de Velours est commémorée chaque année le 17 novembre. C’est un jour férié, la « Journée internationale des étudiants et de lutte pour la liberté et la démocratie ».


Ce jour-là, les Tchèques allument des bougies.


Pour comprendre où vous devrez aller, revenons un peu sur l’histoire du pays. Le 17 novembre 1989 soit 8 jours après la chute du mur de Berlin, un rassemblement étudiant pacifique est violemment dispersé par la police communiste. Ce jour-là, les étudiants commémorent alors un autre et tragique 17 novembre, intervenu cinquante ans plus tôt en 1939. Ce jour-là, l’occupant nazi avait en effet réprimé une manifestation suivant les obsèques de l’étudiant en médecine Jan Opletal. Ce dernier avait été mortellement blessé par la police du protectorat alors qu’il participait aux célébrations de la fête nationale tchécoslovaque. La répression s’est poursuivie de manière terrible avec neuf exécutions, plus d’un millier de déportations et la fermeture des universités. Si les étudiants de 1939 avaient été arrêtés à Karlovo náměstí, en 1989, c’est sur l’artère Národní que les coups de matraque pleuvent sur des étudiants désarmés. Cela lance le grand réveil de la société civile (d’autant qu’il y eut des rumeurs annonçant la mort d’un étudiant) : naissance du Forum civique, grève générale et manifestations place Venceslas (500.000 personnes le 20 novembre) qui provoqueront la chute du régime et l’élection à la présidence de la République le 29 décembre 1989 de l’ancien dissident Václav Havel.

Pour participer aux célébrations, il suffit donc de se rendre le 17 novembre rue Národní qui est fermée à la circulation et où, à deux pas du Théâtre national, au numéro 16, une plaque représentant des mains nues qui s’opposent et réclament la liberté commémore l’évènement. Place Venceslas ensuite, des bougies allumées et de nombreux concerts. La musique, ou plutôt la chanson, a en effet joué un rôle important lors de ces journées mémorables de novembre 1989. Si vous êtes à Prague un 17 novembre, allez donc partager avec les Tchèques ce moment si particulier !

Les milliers de lumières de la fête des morts

La fête des morts est célébrée en Tchéquie les 1er et 2 décembre depuis 998. La Toussaint n’occasionne pas de jour férié. Si vous venez à Prague début novembre, je vous conseille quand même vivement de visiter un cimetière le 2 novembre, jour des dušičky (« petites âmes »). Vous y découvrirez une atmosphère vraiment unique avec des bougies allumées sur toutes les tombes. Allez-y en fin d’après-midi ou en tout début de soirée, entre chien et loup, quand la nuit commence à tomber. Les cimetières de Prague auront ces jours là un côté magique dont vous vous souviendrez longtemps.


Les trois adresses de cimetières où je vous conseille d’aller


Le cimetière d’Olšany et le nouveau cimetière juif de Prague 

Le cimetière d’Olšany (Olšanské hřbitovy) date du 17ème siècle. C’est le plus grand de Prague (on parle de deux millions de défunts). Il est situé dans le quartier populaire de Žižkov qui, lui aussi, mérite une visite. Avec ses vieilles tombes néo-gothiques et la nature qui reprend ses droits, le cimetière, pas très bien entretenu, est très photogénique ! Un lieu agréable où de jeunes mamans se baladent avec leurs poussettes ! Vous y remarquerez beaucoup de patronymes tchèques mais aussi allemands (avant que ces derniers ne soient expulsés en 1948). Certains panneaux indiquant les allées sont même bilingues depuis l’époque des Habsbourg.

Dans ce cimetière, vous pourrez découvrir la tombe de Jan Palach (1948-1969), un étudiant tchécoslovaque devenu le symbole de la révolte de 1968 après son suicide par immolation par le feu place Venceslas. Avec son dernier geste, il voulait protester contre l’occupation de son pays par l’armée soviétique et l’écrasement du Printemps de Prague. Si s’orienter dans un cimetière est rarement facile, ici vous n’aurez pas grand mal grâce à un « chemin de la connaissance ». Il a été installé pour les touristes et il est unique en Europe avec 24 panneaux informatifs en bois (biographies, localisation, photo des tombes etc…)

Le cimetière d’Olšany est séparé, par l’artère très passante Jana Želivského, du nouveau cimetière juif de Prague, tout aussi joli, où vous trouverez cette fois la tombe de Franz Kafka. La tombe de Václav Havel, premier président post-communiste, est elle aussi toute proche puisqu’au cimetière de Vinohrady distant de 300 mètres seulement.

Comment y aller ?
Le plus simple est de descendre à l’arrêt de tram Mezi Hřbitovy (lignes 10, 11, 16 et 26) qui signifie littéralement « entre les cimetières ».
Tous les jours 8h-17h (Mars-avr., oct. et jours de la Toussaint 18h, mai-sept. 19h).

Le cimetière de Vyšehrad

C’est le cimetière des Tchèques illustres ! Il est sur une colline dominant la Vltava. C’est aussi un bel endroit de balade que je vous conseillais dans cet autre article.

Comment y aller ?

Prenez la ligne de métro C jusqu’à la station Vyšehrad et après une dizaine de minutes de marche, vous atteindrez une porte donnant accès au site.
Ou descendez à l’arrêt de tram Výtoň (lignes 2, 3, 7, 17 et 21) avant de monter l’escalier rue Na Libušince. Vous pouvez aussi descendre à l’arrêt Podolská vodárna (lignes 2, 3, 17 et 21) et monter par la rue U Podolského Sanatoria.
Tous les jours 9h30-17h (Avr.-oct. 18h).

Le cimetière Malvazinky (ou cimetière de Smíchov)

Ce petit cimetière est un peu excentré. Il est à Prague 5 et il vous donnera l’opportunité de vous balader dans un quartier très agréable et de découvrir une charmante petite rue de maisons ouvrières (un salon au rdc, une chambre à l’étage et un tout petit jardin), des maisons de poupées construites en 1921 et un des secrets les mieux gardés de Prague que peu de locaux connaissent (rue Přímá).

Comment y aller ?
 -Metro B Anděl : sortie direction Na Knížecí puis bus 137. Sortir au 3ème arrêt « Malvazinky», puis prendre la rue du cimetière qui part à l’opposé du supermarché Albert (rue U smíchovského hřbitova).

La Saint-Martin

Découvrez les vins tchèques et dégustez une oie rôtie dans une ambiance festive en lisant cet article entièrement consacré aux célébrations de la Saint-Martin.

15 Comments

  1. Bonsoir,
    Nous venons à Prague du lundi 28 novembre au 2 décembre et nous aurions voulu connaître vos tarifs et vos propositions de visites.

  2. Bonjour, nous partons jeudi 17 novembre pour Pragues et nous nous demandions quelles étaient vos disponibilités entre le 18 et 19 novembre pour une visite avec vous et vos tarifs pour combien de temps?
    Merci d’avance
    Béatrice

  3. Bonjour Mathieu,
    Je viens avec une amie pour une première fois à Prague du 11 au 14 novembre, que nous conseillez vous ?
    Serait-il possible que vous nous fassiez découvrir une facette de votre Prague ?
    Merci d’avance,
    Sabine

  4. Merci Mathieu pour vos conseils. Nous avons passé 4 jours en famille et on était très amusés par vos découvertes notamment le restaurant où l’on est servi par des petits trains

  5. Bonjour,
    Je vais à Prague avec mon épouse du 9 au 12 novembre. Que me conseillez-vous parmi toutes les recommandations intéressantes que vous faites ?

    1. Bonjour Pascal, Prague est musée à ciel ouvert, ne vous enfermez pas trop et profitez aussi des parcs et jardins, il fera peut-être encore assez doux pour cela. Vous pouvez aussi participer à l’une de mes visites 🙂 Bons préparatifs !

  6. Bonsoir, je prepare notre séjour à Prague .. et je viens de m’apercevoir que, ayant réservé au Monastery du 26 au 29 Octobre, nous tombons dans la fête Nationale.. Pourriez vous m’éclairer sur ce qui se passe ce jour là ? et que sera-t-il possible de faire (en famille..). Pour les autres jours, votre site est précieux… Bonne soirée, Vincent

    1. Bonjour Vincent, avec le Monastery Garden Prague, bon choix d’hôtel je pense pour profiter des belles couleurs de l’automne ! Ne vous inquiétez pas, l’économie tchèque étant très libérale, tout ou presque sera ouvert le 28. Il ne se passera rien de spécial (hormis de petits drapeaux nationaux à l’avant des trams). Faites des recherches par mots-clés (fêtes ou enfants) et vous saurez tout ! Je vous souhaite un agréable séjour dans la « ville d’or ».

  7. Bonjour ! Je dévore votre site depuis hier, nous partons en voyage de noces à Prague en février. J’y suis déjà allée 2 fois mais mon conjoint ne connait pas, et j’y retourne avec beaucoup de plaisir ! Moi aussi j’avais pour avis que tout y est super, sauf la nourriture, j’ai donc noté avec attention toutes vos bonnes adresses 😉

    Question concernant le fameux cimetière Juif du vieux centre : le tour comprenant pas mal d’autres choses vaut 500CZK. Cela vaut-il le coup ou le cimetière d’Olsany est-il suffisant ? (ma question vaut juste pour le cimetière, car le reste nous emballe un peu moins…. d’où ma question « est-ce nécessaire de dépenser 1000 couronnes? »)

    Merci d’avance et encore bravo pour cette mine d’informations !

    1. Bonjour Élise, bonne idée que ce voyage. C’est vrai que la cuisine tchèque est roborative mais il y a quand même de bonnes choses. Les restaurants traditionnels que je conseille en présentent un bon aperçu même si l’accueil est parfois un peu rustre. Regardez aussi les restaus reconnus parfois très abordables. Concernant le tour et le cimetière, je ne comprends pas bien. Le vieux cimetière juif est à voir, moins celui d’Olsany peut-être moins mais vous avez la tombe de Kafka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *