D’émouvants petits pavés dorés à Prague : un hommage aux victimes du Nazisme

Le patrimoine architectural de Prague est exceptionnel et vous aurez souvent le nez en l’air en visitant la « ville aux cent clochers ». Pour admirer façades et éléments de décor, qui échappent parfois même aux habitués tant ils sont nombreux, il faudra bien lever la tête. Mais peut-être vos yeux seront-ils aussi attirés par un drôle de reflet brillant au sol émanant de petits pavés carrés. Des pavés qui se démarquent radicalement des autres (Prague est une ville pavée, ce qui lui donne un charme fou !) Il s’agit de stolpersteine, d’émouvants petits pavés mémoriels en hommage aux victimes du Nazisme.

Littéralement, stolpersteine signifie « pierres qui font trébucher » mais ne vous inquiétez pas, vous ne tomberez pas. Pourquoi un tel nom ? Tout simplement parce qu’avant la Shoah, un non-Juif qui trébuchait s’exclamait « Il y a un Juif enterré ici ! » Pour mieux comprendre ce vieux proverbe allemand, je vous invite à visiter le vieux cimetière juif de Prague et son enchevêtrement de tombes !

Chaque pavé mémoriel de dix centimètres de côté et recouvert de laiton est bien enfoncé dans le sol. N’affleure que la face supérieure du cube gravée et qui honore la mémoire d’une personne déportée dans un camp de concentration ou d’extermination. Créés par l’artiste berlinois Gunter Demnig, ces pavés ont été encastrés sur le trottoir en face de la dernière adresse des victimes qu’elles soient juives, Roms, membres de la Résistance ou homosexuelle.


Un hommage à tous les déportés vers les camps


Visibles aujourd’hui dans de nombreuses villes d’Europe, leur gravure mentionne « Ici habitait… », nom, date de naissance et destin individuel de chaque victime. Un destin qui s’apparente souvent à Prague à une déportation dans la forteresse de Terezín (Theresienstadt) à une cinquantaine de km au nord-ouest de Prague, où le poète français Robert Desnos mourût du typhus et souvent évoqué dans les films documentaires de Claude Lanzmann. Un lieu de mémoire -33 000 Juifs y périrent et 88 000 autres y transitèrent avant Auschwitz- qui se visite évidemment.

Autres lieux de mémoire à Prague que je peux vous conseiller, le mémorial Jan Palach ou l’église Saints-Cyrille-et-Méthode. Quant aux pavés mémoriels, vous en trouverez par exemple sur le trottoir à hauteur du 37 rue Štěpánská en plein centre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *