Le palais Lobkowicz à Prague : découvrez musée, café-terrasse et concerts…

C’est l’un des sites culturels les plus importants de République tchèque. Le palais baroque Lobkowicz fait partie du complexe du château de Prague. Situé à son l’extrémité, vous le retrouverez près de la sortie qui conduit au Vieil escalier du Château (Staré zámecké schody). C’est le seul bâtiment privé du Château : il appartient à la maison des Lobkowicz et il a été témoin, à travers les siècles, de certains des événements historiques les plus importants de la Bohême. Vous y trouverez aujourd’hui un musée qui vous fera découvrir non seulement l’histoire de la famille Lobkowicz mais aussi sa collection d’oeuvres d’art.

Comme vous l’apprendrez dans cet article, le palais Lobkowicz se visite (tickets ici), son café possède une des plus belles terrasses de la ville et, chaque jour, on y donne des concerts de musique classique !

Construction

Le Palais Lobkowicz a été construit en deux étapes. Entamée dans la première partie du 16ème siècle à la place de deux grandes maisons gothiques, la construction a été achevée en 1577 par les seigneurs de Pernštejn (le Palais s’appelle alors Palais Pernštejn). Le Palais Renaissance d’origine est composé de quatre ailes entourant une cour intérieure et il était richement orné de sgraffites et de petites sculptures en terre cuite.

En 1627, deux années après avoir été ravagé par un incendie, le palais est racheté par Polyxène de Pernštejn et Lobkowicz (le palais est entré dans la famille Lobkowicz par le mariage en 1603 de Polyxène avec Zdenko Adalbert Popel, 1er prince Lobkowicz). Cette dernière le remanie alors dans un style baroque primitif assez austère.

Après la guerre de Trente Ans (1618-1648), le palais subit d’importants changements architecturaux et, au milieu du 17ème siècle, il est redessiné dans le style baroque italianisant (Carlo Lurago). En 1668, le palais de deux étages, à la façade simple et unie, s’articule autour de deux cours. On y trouve deux portails baroques primitifs débouchant sur la rue Jiřská. Dans l’aile sud-ouest du palais, face à la ville, se trouve aussi la grande salle impériale. Haute de deux étages, elle est richement décorée de statues du 17ème siècle et de trompe-l’œil représentant des empereurs entourées de motifs géométriques ou floraux. D’autres exemples du style italianisant sont visibles avec la salle de concert et la salle du balcon, dont les plafonds sont ornés de stucs peints et de fresques. Au premier étage, se trouve enfin la chapelle Saint-Venceslas (avec ses médaillons illustrant la légende de Saint Venceslas et un tableau le représentant réalisé par Petr Brandl en 1723). Deux salles de la deuxième moitié du 17ème siècle ornées de cheminées ont aussi été conservées. Au plafond, des toiles représentent le Triomphe de César, le Repas des dieux, des Allégories des saisons, des scènes de la mythologie…

Au 18ème siècle, Franz Joseph Maximilien, 7ème prince Lobkowicz (1772-1816) et connu comme l’un des principaux mécènes de Beethoven (voir plus bas), commande une reconstruction de l’extérieur du palais pour le couronnement en tant que roi de Bohême de l’empereur Léopold II (1791). Les modifications comprenaient l’ajout de balcons panoramiques dont les visiteurs du palais profitent encore aujourd’hui. Des vestiges de peintures murales originales du 16ème siècle et de sgraffites peuvent encore être vus dans les deux cours intérieures.

Histoire

  • C’est ici que Maria Maximiliana Manrique de Lara y Mendoza (1538-1608), épouse du chancelier du royaume tchèque Vratislav de Pernštejn (1530-1582), apporte la célèbre statue de l’Enfant Jésus de Prague de son pays natal, l’Espagne. La statue, réputée pour ses pouvoirs de guérison miraculeux, a été offerte à sa fille, Polyxène de Pernštejn et Lobkowicz (1566-1642), qui en a fait don à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire de Prague, petite église assez insolite du quartier de Malá Strana, aux pieds du Château.
  • En 1618, la célèbre défenestration de Prague (connue sous le nom de deuxième défenestration de Prague) voit des rebelles protestants jeter des ministres impériaux catholiques par les fenêtres du Palais Royal du château de Prague. Survivant à la chute, ils se réfugient alors dans le palais voisin des Lobkowicz, où ils sont protégés par Polyxène.
  • Après la défaite de la faction protestante à la bataille de la Montagne-Blanche en 1620, la famille catholique Lobkowicz grandit en influence et en pouvoir pendant les trois siècles suivants. Le palais Lobkowicz prend un rôle impérial plus formel et sert de résidence à Prague lorsque la famille a besoin d’être présente au siège du pouvoir de Bohême à des fins politiques et cérémonielles. À l’époque du 7ème prince, Joseph Franz Maximilian Lobkowicz, la famille préfère ses domaines de Bohême au palais. Ce dernier ne sert alors que pour divertissements formels et concerts. Vers 1811, il a même été utilisé comme hôpital pour les soldats blessés dans la guerre contre Napoléon.
  • Après la Première Guerre mondiale, Maximilian Lobkowicz (1888-1967), fils du 10ème prince Lobkowicz Ferdinand Zdenko (1858-1938), manifeste son soutien à la Première République tchécoslovaque naissante et met plusieurs salles du palais à la disposition du gouvernement, dirigé par le premier président de la nouvelle nation, Tomas G. Masaryk.


À l’exception des 63 années (1939-2002) au cours desquelles la propriété a été confisquée et détenue par les nazis puis les communistes, le palais a appartenu à la famille Lobkowicz.


  • En 1939, les nazis confisquent le palais et toutes les propriétés de la famille Lobkowicz. Le palais est restitué en 1945, pour être à nouveau confisqué après la prise de pouvoir des communistes en 1948. Pendant les quarante années suivantes, le palais a été utilisé à diverses fins et a abrité les bureaux de l’État ou le musée de l’histoire tchèque (le Musée national s’y installe aussi temporairement en 1987).
  • Après la révolution de Velours de 1989 et la chute du régime communiste, le président Václav Havel promulgue une série de lois permettant la restitution des biens confisqués. Après un processus de restitution de douze ans, la famille Lobkowicz redevient propriétaire légitime de son palais en 2002.
  • En 2007, après plus de trois ans de restauration, le Palais rouvre ses collections au public.


Que voir dans le Palais Lobkowicz ?


Le musée

Réparti dans 22 galeries, le musée présente une sélection d’oeuvres de la collection Lobkowicz. C’est la collection d’art privée la plus ancienne et la plus grande (environ 1 500 peintures) de République tchèque. On retrouve des œuvres d’artistes célèbres comme Pieter Brueghel l’Ancien, Pieter Brueghel le Jeune, Jan Brueghel l’Ancien, Lucas Cranach l’Ancien, Lucas Cranach le Jeune, Diego Velázquez, Peter Paul Rubens, Paolo Véronèse ou Canaletto. Les trois œuvres d’art les plus prestigieuses de la collection sont La récolte de foin (1565) de Pieter Brueghel l’Ancien et deux vues panoramiques de Londres de Canaletto.


La collection Lobkowicz tire son importance de son caractère exhaustif, reflétant la vie culturelle, sociale, politique et économique de l’Europe centrale pendant plus de sept siècles !


Mais vous trouverez aussi par exemple, Le Christ et la femme adultère (vers 1530) de Lucas Cranach le Jeune, Un village en hiver (vers 1600) de Pieter Brueghel le Jeune ou Saint Martin divisant son manteau (1611) de Jan Brueghel l’Ancien… Après les lois de restitution du début des années 1990, la famille Lobkowicz a pu reconstituer la majeure partie de sa collection et la rendre accessible au public.

Vous trouverez aussi exposés :

  • des arts décoratifs. Pendant l’occupation nazie et sous le régime communiste, les chapelles privées des résidences principales de la famille Lobkowicz ont été profanées et leur contenu dispersé. Des objets importants ont néanmoins survécu, comme une croix reliquaire du 12ème siècle en cristal de roche et en cuivre doré. Les céramiques italiennes de la fin de la Renaissance et du début du baroque occupent aussi une place importante dans les collections. Commandées lors d’un voyage en Italie en 1551, les pièces sont décorées de manière colorée avec l’image d’un taureau, emblème de la famille Pernštejn. En raison de la proximité de l’usine Meissen située près de Dresde avec les propriétés et les châteaux des Lobkowicz, les œuvres en porcelaine à pâte dure des 18ème et 19ème siècles sont prédominants dans les collections.
  • des accessoires militaires et de chasse. La chasse était une activité importante pour la noblesse d’Europe centrale dès la fin de la Renaissance, et toutes les grandes propriétés de Lobkowicz servaient de lieux de chasse. En témoignent des centaines de trophées datant du 18ème au début du 20ème siècle. D’autres objets de la collection sont conservés au château de Nelahozeves. La collection comprend aussi de nombreux fusils de grande valeur.

Les Lobkowicz étaient amateurs de musique, musiciens et bien sûr mécènes. Le 7ème prince, Joseph Franz Maximilian, était le mécène de Beethoven


  • des instruments de musique, des manuscrits originaux et des gravures anciennes de compositeurs tels que Beethoven ou Mozart. Ils sont là encore, pour la plupart, conservés au château de Nelahozeves. Les archives musicales des Lobkowicz sont d’une grande richesse avec plus de 5 000 articles dont des œuvres de Haendel, Mozart (réorchestration manuscrite du Messie de Haendel), Haydn et Beethoven (Troisième -Eroica-, quatrième et cinquième symphonies). Une collection également considérée comme la plus grande collection privée au monde de musique baroque pour instruments à cordes pincées (partitions de luth, mandoline ou guitare de la fin du 17ème et du début du 18ème siècle). Confisquées par les nazis puis les communistes qui les avait exposées au très joli Musée de la musique tchèque, les archives musicales ont été restituées à la famille dans leur intégralité en 1998.

La salle de concert

La salle de concert baroque du 17ème siècle du palais Lobkowicz accueille régulièrement des concerts de musique classique, et les locaux sont également utilisés pour les mariages. Si mes visiteurs apprécient grandement les concerts donnés par exemple à la Synagogue espagnole ou dans bien d’autres salles de Prague, les concerts donnés au palais Lobkowicz ont également beaucoup de succès ! Pour réserver, regardez ici.

Le café

Le café du Palais Lobkowicz est situé au rez-de-chaussée. Outre les tables en salle, vous pouvez aussi profiter d’une incroyable terrasse avec vue imprenable sur Prague.


La terrasse du palais Lobkowicz est une des plus belles terrasses de Prague, ne la manquez pas !


Une seconde terrasse dans la cour de style Renaissance accueille les visiteurs aux beaux jours.

Palais Lobkowicz au Château de Prague (Lobkowiczký palác)

Jiřská 3

Tlj. 10h-18h ; tickets 290 CZK soit près de 12 EUR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *