Faut-il laisser un pourboire en République tchèque ?

Sans hésitation, la réponse est oui ! En effet, au café ou au restaurant, les serveurs et serveuses font souvent partie d’une « brigáda ». Un terme hérité de la langue russe et de la période communiste où les jeunes étudiants tchèques commençaient l’année scolaire fin août début septembre au sein d’une brigade de travail. Obligés de travailler manuellement (cueillette de pommes ou de houblon, constructions et réparations diverses), ils participaient, sans être payés, à l’édification du socialisme.


Des « brigadistes » payés au lance-pierre


Aujourd’hui, dans une société très libérale, plus question de travailler bénévolement mais le terme est resté en république Tchèque pour désigner un petit boulot souvent exercé par de jeunes gens (mais pas toujours loin s’en faut). Il s’agit donc d’un travail temporaire n’exigeant aucune qualification. Le salaire est minime (au mieux, il sera payé 6 euros de l’heure), ayez cela à l’esprit au moment de payer votre repas ou votre bière. Un pourboire sera grandement apprécié et on ne vous fera alors pas la gueule. Malheureusement, les Français ont la réputation d’être pingres, conservant hors des frontières leurs habitudes concernant le pourboire.

 

Restaurants, taxis… À qui laisser un pourboire à Prague ?

Vous pouvez laisser un pourboire au restaurant, au café, au chauffeur de taxi… Ma femme tchèque a même pour habitude de ne pas attendre la monnaie à la caisse du supermarché ou à l’épicerie s’il s’agit d’une ou deux couronnes soit moins de 10 centimes d’euros (alors qu’en France on attend sa pièce de 1 centime d’euro qu’on s’empresse de vous tendre). Personnellement, quand je commande une bière à un petit stand sur une place publique ou lors d’un festival, je laisse aussi un pourboire directement au comptoir en arrondissant la note.

 

Comment laisser un pourboire en république Tchèque ?

Le système pour laisser un pourboire est très différent en France et République tchèque. Ici, on pratique le «modèle allemand » que vous pouvez découvrir dans cette amusante vidéo. Pas question à Prague de laisser un peu d’argent sur la table avant de partir ! C’est directement au moment de payer le serveur ou la serveuse qu’il faudra se montrer généreux en arrondissant la note oralement. Faites-le en anglais ou, si vous n’êtes pas anglophone, gribouillez ce que vous voulez payer sur un petit morceau de papier.


Pour laisser un pourboire à Prague, arrondissez la note oralement !


Exemple, le serveur du restaurant vous tend une addition de 753 CZK et attend debout que vous régliez. Tendez un billet de 1000 CZK et dites 800 CZK, vous laissez ainsi 47 CZK de pourboire et le serveur vous rendra 200 CZK. Ou, si vous avez la monnaie, donnez 800 CZK et faites comprendre que vous n’attendez rien en retour par un signe de la main ou dites « That’s fine, thank you ! ». Les plus ambitieux pourront alors glisser un mot de tchèque avec « V pořádku ! ». Le serveur ou la serveuse vous demandera aussi peut-être si vous voulez une note globale ou détaillée. En effet, alors que les Français préfèrent diviser la note par le nombre de convives, les Tchèques préfèrent souvent ne payer que leur dû…

 

Combien laisser en pourboire à Prague ?

Dans certains guides touristiques sur Prague, vous lirez qu’il faut laisser 10 % de pourboire. Honnêtement, je ne raisonne jamais comme ceci et mes amis tchèques non plus. Tout dépend d’abord bien sûr de votre satisfaction de client. Si votre expérience a été terrible (personnel antipathique, nourriture infecte et le reste à l’avenant), ce qui arrive malheureusement encore parfois en République tchèque, n’ayez pas peur de ne rien donner ou le minimum. Toutefois, bien que j’aie beaucoup d’anecdotes personnelles sur la restauration en République tchèque (où le client n’est pas toujours roi !), je dois dire que la situation s’est grandement améliorée ces dernières années et je vous renvoie vers mes bonnes adresses !


Prenons des cas très concrets pour déterminer combien un client satisfait doit laisser de pourboire 


Je suis au restaurant, j’ai bien mangé et la serveuse arbore un sourire avenant en me tendant une addition de 157 CZK, je laisse 180 CZK donc 23 CZK de pourboire soit moins d’un euro. Si la note avait été le double, j’aurais pu laisser 50 CZK de pourboire par exemple.

Je commande deux bières directement au comptoir d’un stand ou d’un bar. J’en ai pour 76 CZK, je dis « 80 CZK ! ». Pourboire minime mais qui évitera au préposé à la tireuse de se fatiguer à chercher de petites pièces dans sa caisse, ce qui sera grandement apprécié.

Je suis arrivé à destination avec mon taxi. J’en ai pour 186 CZK, si le chauffeur est sympa, je dis ou donne 200 CZK, s’il ne l’est pas, j’attends ma monnaie en retour.

Enfin, sachez que l’on doit depuis peu et pour combattre la fraude systématiquement vous tendre un reçu quoi que vous achetiez en République tchèque. N’hésitez pas à le demander si vous en avez besoin ou à fin de vérification. 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *