7 plats tchèques à goûter absolument à Prague

La gastronomie tchèque est copieuse et goûteuse et satisfera les gourmands. Encore faut-il choisir les bonnes tables, brasseries traditionnelles ou petits restaurants typiques que je vous conseille sur le blog et éviter les restaurants attrape-touristes dans lesquels atterrissent de trop nombreux touristes. Une fois installés, observez bien la carte et choisissez un des 7 plats traditionnels que je vous conseille plus bas. Je vous indique aussi de bonnes adresses de restaurants pour chacun de ces plats

Le canard accompagné de quenelles de pommes de terre et de chou

Je viens d’une région française, le Sud-Ouest, où on sait cuisiner le canard. Et bien force est de constater que les Tchèques aussi savent aussi y faire ! Quart ou demi canard rôti feront plaisir aux gourmands. Sur la carte vous trouverez très très souvent ce canard rôti parfué au cumin avec ses quenelles de pommes de terres recouvertes du jus de cuisson et d’onions frits et son chou rouge un peu sucré (pečená kachna se knedlíkem a se zelím). Bien sûrn ce plat un peu lourd se déguste accompagné d’une ou de deux délicieuses bières blondes et légères…(voir plus bas).

Un plat qui se marie très bien à la bière tchèque blonde et légère

Vous trouverez le canard pratiquement toujours à la tables des brasseries traditionnelles mais aussi souvent à celles des petits restaus. Voici même un restaurant un peu plus cher mais où vous êtes sûrs de le trouver à la carte et délicieusement cuisiné (430 CZK soit un peu plus de 16 EUR) : le bien nommé « Au canard bleu » (U modré kachičky) dans la Vieille Ville au 16 de la rue Michalská (une autre adresse dans une rue calme de ce quartier si pittoresque qu’est Malá Strana, idéal avant ou après la visite du mur John Lennon tout près).

Le smažák : un fromage frit, chaud et coulant

Une vraie bombe calorique… À tel point qu’on se demande comment cela peut bien exister ! Rendez-vous compte, un fromage pané et frit accompagné de frites (ou de pommes de terre vapeur u beurre) et d’une sauce tartare… Le smažený sýr vulgairement appelé smažák est une institution en République tchèque et j’ai remarqué que les touristes français en étaient très friands. Vous le retrouverez presque partout, surtout dans les petits restaurants sans prétention. Préférez la version « hermelín », une sorte de camembert crémeux au goût moins prononcé qu’en France qui viendra couler harmonieusement sur vos friteS qUand la version « edam » refroidit très vite pour se transformer en caoutchouc indigeste.

Le plat préféré des touristes français !

Quoi qu’il en soit, cela vaut le coup d’essayer et c’est toujours très bon marché (comptez entre 100 et 150 CZK soit 4-6 EUR). Un peu plus cher (200 CZK soit 8 EUR), celui d’une meilleures brasseries de Prague avec U Pinkasů est considéré comme un des meilleurs de la ville ! La brasserie U Pinkasů se trouve Jungmannovo náměstí 16 devant le fameux lampadaire cubiste (très belle terrasse aux beaux jours le long de l’église Notre-Dame-des-Neiges). Près des portes du Château, U Pivrnce Hardčany (Hradčanské nám. 12), ses fresques amusantes et son jardin proposent aussi, parmi toutes les spécialités tchèques à un prix abordable, un burger au fromage frit (et une glace à la bière) ! Et si vous aimez le fromage, je vous recommande aussi de commander en entrée ou pour accompagner votre bière, le nakládaný sýr, un camembert épicé et mariné dans l’huile. Là encore, c’est souvent bon marché !

Le řízek, une escalope panée de porc, de veau ou de poulet

Là encore, c’est un plat très bon marché. L’escalope viennoise appelée řízek en République tchèque est incontournable. On la trouve partout, dans tous les petits restaus mais aussi à la table familiale. Et on la trouve toujours ! Dès que les Tchèques partent en voyage, on confectionne la veille ou le matin même ces escalopes à manger sur la route. Pour que la tranche de viande soit la plus fine possible, on martèle et on martèle la viande à grand renfort d’un petit marteau prévu à cet effet. Porc, veau ou poulet, à moins d’être végétariens, tout le monde aime l’escalope panée, surtout les enfants et on l’accompagne de frites ou de salade de pommes de terre. J’aime bien celle de poulet proposée (parmi toutes les autres spécialités tchèques !) par le populaire restaurant VKolkovně que vous trouverez dans la Vieille Ville (V kolkovně 8) à deux pas de la majestueuse synagogue espagnole.

Le goulasch qui n’est pas tchèque mais hongrois…

Le goulasch est incontournable et c’est un plat très répandu dans tous les pays limitrophes de la Hongrie, comme une réminiscence de la grandeur de l’Empire austro-hongrois… C’est une viande en sauce en général du boeuf accompagnée de quenelles de farine. Le goulasch est peut-être le plat le plus bon marché avec notre fromage frit cité plus haut et on le trouve dans absolument tous les restaurants tchèques dont ceux typiques, que je recommande ici. Il a ses amateurs mais moi je ne suis pas fan car je n’aime pas les houskový knedlíky, ces quenelles de painpour saucer la sauce au paprika qui a tendance à vite refroidir. C’est aussi pourquoi je préfère la gulášovíá polévká, la version soupe (le goulasch est une soupe à l’origine) bien fumante et réconfortante lors d’une visite de Prague en hiver et même si les Tchèques, eux, prennent une soupe en entrée en toute saison.

Le koleno, un jarret de porc pour les gros appétits

Pour les Tchèques, la quantité a longtemps primé sur la qualité (peut-être est-ce dû aux privations subies sous le communisme). Et au restau, le menu indique toujours le grammage des plats. Pour le jarret de porc, c’est plus d’un kilo ! Et c’est souvent délicieux. J’adore voir la tête des touristes français quand le plat arrive ! Ils n’en croient pas leurs yeux ! Rôti, le jarret arrive sur une planche en bois accompagné de raifort frais (délicieux) et de moutarde douce. Et c’est à vous de découper « la bête » au couteau !

Un plat à déconseiller à ceux qui ont un appétit d’oiseau !

Pas de légumes par contren les Tchèques étant de gros mangeurs de viande. Je vous conseille toutefois de commander en accompagnement deux-trois galettes de pommes de terre finement aillées (bráboraky). C’est délicieux et très facile à réaliser à votre retour en France (en voici la recette). J’ai pour habitude d’amener mes amis découvrir cette spécialité à Bredovský Dvůr, un restaurant de la Ville Nouvelle (Politických vězňů 13) mentionné à la fin de mon article sur les meilleurs restaurants tchèques de Prague (celui où c’est Gérard Depardieu qui tire les bières derrière le comptoir !) Comptez 300 CZK soit 12 EUR à peu près (vous retrouverez également au menu absolument toutes les spécialités tchèques).

La svíčková, le plat national et de fête

En République tchèque, ne commandez jamais de boeuf, ils vous arrivera le plus souvent trop cuit dans l’assiette. On peut faire exception avec la svíčková, ce plat réservé aux grandes occasions. Il s’agit en effet d’onglet de boeuf en sauce (crème-carotte) servi avec des quenelles de pain mais aussi de la crème fouettée et de la confiture d’airelles (aussi appelées canneberges) ! Un mariage étrange qui ne manque pas d’étonner les étrangers, moi le premier ! C’est aussi pourquoi c’est loin d’être un de mes plats favoris. Mais les Tchèques adorent ça ! Vous retrouverez ce plat emblématique presque partout notamment à 190 CZK soit moins de 8 EUR à Kolkovna Olympia (Vítězná 7) entre la Ville Nouvelle et Malá Strana et proche des îles. Ce dernier restaurant vous propose toute la gamme des bons plats tchèques dans un vrai cadre de brasserie. J’y amène souvent mes visiteurs car tout est délicieux et on peut faire une balade ensuite dans le quartier pour digérer !

Le trdelník, la pâtisserie à laquelle on ne peut pas échapper à Prague !

C’est LA pâtisserie à goûter à Prague ! Si la recette est ancienne, le trdelník ne connaît le succès à Prague que depuis quelques années (en fait c’est une spécialité de Slovaquie, pays frère séparé de la Tchécoslovaquie en 1993). Pour les esprits chagrins, le trdelník n’a rien de traditionnel. Mais il commence à le devenir ! Ne vous privez donc pas ! Si les adresses et les recettes se sont multipliées (avec crème, glace ou Nutella…), le trdelník original est parfumé de cannelle si caractéristique de la pâtisserie tchèque, cuit à la broche sur des braises et saupoudré de sucre et de noisettes pilées. Vous le trouverez partout autour de la place de la Vieille-Ville. Voici deux excellentes adresses pour en déguster : Good Food & Coffee Bakery au 8 rue Karlova dans la Vieille Ville ou U Kajetana près du Château (Nerudova 17).

Bonus : la bière, blonde et légère, partout et toujours…

Tous les plats principaux conseillés plus haut s’accompagneront merveilleusement d’une bonne bière blonde et bien fraîche. Je ne suis pas un expert mais depuis que je vis en République tchèque, j’apprécie la légèreté de la Pilsner qui se marie si bien avec des plats roboratifs et lourds (mais tellement bons !) Pour les amateurs de bière, je vous renvoie à ce fantastique petit guide des bières tchèques ! La bière, vous la trouverez à Prague à chaque coin de rue, au parc, au marché, au stade

Attention, vous verrez souvent que les bières sont à 10, 11 ou 12 degrés. Ne vous y trompez pas ! Il ne s’agit pas de degré d’alcool sans quoi on serez vite ivre morts…

Il s’agit de degré Balling, du nom d’un chimiste tchèque, qui fait qu’on classifie la bière en fonction de la quantité de sucre qu’elle contient. Sachez aussi que de nombreuses activités à Prague tournent autour de la bière dont un nouveau concept avec les spas de bière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *